HentaiGratuit Twitter
   News    Membre VIP    Archives    Films    Jeux    Extrait    Manga x    Image    Blog    Snap Hentai    Forum 

Fiche Jeu Hentai : assassin lesson

 
 
Test réalisé par :

Sniper

ASSASSIN LESSON


Support :
1 CD (fichier testé : .rar de 331,76 MO)

O.S. :
Win 98, 2000, ME, XP

Langue(s) :
Japonais

Genre :
Simulation Entrainement

Censure :
OUI

Notes :

Graphisme : 16/20
Son : 15/20
Durée de vie : -/20
Scènes Hentai : 14/20
Difficulté : -/20


Note Globale :

15/20



HISTOIRE :


Nous est contée ici l’histoire d’une jeune fille dont les parents se font assassiner devant ses yeux. Ne devant la vie qu’à la fuite, elle finit seule, dans la rue, sans nulle part où aller. Fait alors son apparition un homme mystérieux qui lui offre de venir à son manoir. Mais il y aura un prix à payer pour elle. Car sous couvert de devenir une servante du manoir, elle sera entraînée à devenir une tueuse redoutable, excellente dans les domaines primordiaux : combat, culture et sexe.

AVIS PERSONNEL :


Autant le dire tout de suite, la non compréhension du japonais est ici rédhibitoire. Si l’on s’en tient à ce qui est compréhensible ou déductible à travers les voix et les images, il est apparemment impossible de vraiment profiter du jeu.
Commençons donc par ce qui est accessible à un non-japonisant. Je ne sais si c’est lié au fait que l’histoire semble se dérouler en Angleterre, mais tous les menus systèmes sont en anglais, ainsi que les caractéristiques principales de notre tueuse en herbe. Ces caractéristiques sont donc au nombre de 4 : combat, culture, sexe et amour, et font l’objet d’un entraînement semaine par semaine, suivant un système de points, à la manière d’un Blood Royal, en sachant que certains domaines sont opposés. Ainsi, l’entraînement au « combat » diminuera la « culture », et inversement. On sait assez clairement où en est notre tueuse dans chaque domaine grâce à une échelle chiffrée, chaque chiffre correspondant à un CG/scène.
Ainsi, l’échelle de l’entraînement « culture » sera : 1/ laver les carreaux 2/ servir le thé 3/ bien écrire 4 /mathématiques 5/informatique. Chaque séance fait monter la caractéristique « culture », et c’est le nombre de points dans cette compétence qui permettra de passer du niveau 1 des carreaux au niveau 2 du thé, par exemple. Sachant aussi que le niveau 4 rapporte bien plus de points de culture que le 2, etc….
Bien entendu, il en va de même pour l’entraînement qui intéresse le plus le joueur hentaï, l’entraînement sexuel. Inutile de dire qu’il est bien plus étoffé que l’échelle de la culture (étrange, n’est-ce pas… ?), mais que cela rend le suivi de la progression plus ardu. Ainsi, chaque niveau est subdivisé en plusieurs autres, et tout ne se débloque pas dans l’ordre. Par exemple, on peut entraîner le point 3-4, ce qui débloquera le 5-1, qui débloquera lui-même le 4-2, etc… (Avant qu’on me fasse des remarques, ces exemple ne sont pas réels, c’est juste pour expliquer la structure) Rien ne signalant, parmi les choix disponibles, ceux que l’on a déjà fait ou pas, il est facile d’oublier un des points et de se demander, déséspéré(e), pourquoi plus rien ne se débloque alors que notre tueuse est à fond dans sa caractéristique « sexe ». Il faut donc être très méthodique et bien retenir ce que l’on a déjà entraîné. A noter que parfois, tout bêtement, rien ne se débloquera parce que vous n’avez pas fait les 2 manières de finir certaines scènes. Retenez bien ce point, c’est utile : une scène où l’on peut choisir la fin ne sera considérée comme entièrement faite que lorsque les deux choix auront été accomplis. Il faut donc refaire les scènes en question… ce qui n’est pas forcément désagréable étant donné que les dessins sont de bonne facture. Les scènes sont assez variées (c’est ce qu’on appelle un entraînement complet), mais restent dans la logique 1 homme / 1 femme. Pas de scènes lesbiennes ou de groupes, donc.
Expliqué comme ça, le jeu semble accessible aux non-japonisants. Mais non. Car il ne se réduit pas à cela, et comporte des éléments où la compréhension du japonais est indispensable. Il y a par exemple les moments où l’homme qui entraîne la tueuse lui propose une mission (missions qui au passage débloquent des CG). Il semblerait que chaque mission ait des conditions préalables au niveau caractéristiques, pour être réussie. Je n’ai pu vraiment déterminer ces conditions (bien qu’un haut niveau en « combat » soit une supposition plausible), ce qui m’a mené à de nombreux game over… D’autre part, lors de la proposition de la mission, il y a une somme d’argent affichée, sans doute le montant pour un contrat réussi. Mais après plusieurs missions victorieuses, je n’ai pas vu mon compte augmenter.
Oui, il y a un compte d’argent. Car en dehors de l’entraînement, notre tueuse peut aussi aller chez un marchand pour acheter des armes ou d’autres objets. Certaines armes doivent être impératives pour certains contrats, mais d’autres objets sont restés un mystère. C’est peut-être l‘explication à mes game over en mission… Il y a par contre un événement qui revient régulièrement dans le jeu, avec un choix à faire, toujours le même, dont une des deux options mène là aussi au game over, et puis un autre qui revient aussi régulièrement où tout se passe bien jusqu’à ce qu’une fois je vois ma tueuse pointer son arme vers moi et tirer, d’où game over aussi…
Bref, je n’ai pu aller du tout au bout du jeu et tout en voir du fait de ces trop nombreux facteurs qui mènent à une fin prématurée sans vraiment savoir pourquoi. Si l’on rajoute également qu’il semble y avoir une vraie histoire, avec en arrière plan la guerre en Irak… ce que j’ai ressenti face à ce jeu qui me glissait entre les doigts, dont je ne pouvais appréhender tous les éléments, peut être résumé en un mot : frustration.


EN RESUME :


Un jeu artistiquement soigné, tant au niveau du design général que des CG en eux-mêmes,et dont la partie entraînement, très plaisante à jouer, est accessible à ceux qui ne parlent pas le japonais. Malheureusement, il ne se résume pas à cela, ce qui rend son accès vraiment difficile si on ne comprend pas les textes. Et lorsque les game over incompréhensibles, incontrôlables, s’enchaînent, on sent bien qu’on ne profite pas du jeu.
A réserver à ceux que ça ne gêne pas de se contenter d’un bout du jeu (l’entraînement) en laissant le reste de côté.


TRUCS, CHEATS, PATCHES :


Hormis le conseil plus haut pour débloquer des scènes, rien.

LIENS :


- Non Renseigné -

DOWNLOAD :


Non renseigné



PARTAGER / BOOKMARKER CETTE FICHE :

RETOUR A LA LISTE DES JEUX HENTAI
 
 


Copyright PornSpirit - Contact - Partenariat - Signalement