BLOOD ROYAL 3 -KYRIE-

Jeux

HISTOIRE

On ne change pas une équipe qui gagne… Au programme, donc, deux magnifiques jeunes filles à votre disposition, une troisième à débloquer, et une ville dont les habitantes peuvent constituer un en-cas intéressant.

AVIS

Blood Royal est à mes yeux une référence dans le genre du « jeu d’entraînement » (ou SLG), et ce troisième opus, le dernier de la série à ce jour (peut-être que CherrySoft, devenu Cronus, sortira un numéro 4 un jour., qui sait) ne déroge pas à la règle. Petit regret toutefois pour jouer les tatillons : autant le 2 était bien plus évolué que le premier, ce numéro 3 n’apporte pas énormément de changements ou améliorations. Dès le départ, en effet, le souvenir du numéro 2 est irrésistible, avec l’introduction « de force » (si j’ose dire) des deux jeunes filles en question dans leur nouvelle vie. La suite est également habituelle pour un Blood Royal, avec la découverte de multiples personnages qui graviteront autour de vous (ou non, selon vos choix) en évoluant dans la même ville que vous. En effet, à l’inverse de beaucoup d’autres jeux de ce type, l’action ne se passe pas ici en huis-clos. Vous êtes libre d’aller tailler une bavette avec d’autres gentes dames que vos pensionnaires, en allant les voir directement chez elles ou au hasard des rencontres dans la ville entière résumée en lieux-clés. La différence, c’est que vous ne pourrez jamais connaître ces étrangères de façon aussi poussée que vos deux (ou trois…) élèves désignées. Leur entraînement peut-être en effet poussé, ainsi que le montre le tableau d’entraînement. Hélas pour l’aspect « surprise », le nombre total d’options est connu dès le départ, mais ce chiffre est conséquent, surtout si l’on songe que l’on aura au moins deux filles à entraîner, dans des domaines assez complets couvrant le Sm, le tentaculaire, l’humiliation publique, le déguisement en passant par des relations plus classiques. La diversité et le nombre de scènes est au final très satisfaisant rien que pour cet aspect. En effet, la série des Blood Royal a cet énorme avantage sur ses concurrents directs de ne pas se résumer à l’entraînement. Comme cela a déjà été évoqué plus haut, il y a tout d’abord d’autres jeunes filles présentes pouvant vous distraire. Certaines ne seront accessibles qu’en nouant une conversation prolongée avec elles, d’autres ne vous dévoileront leurs charmes qu’à travers un jeu de roulettes accessibles au bar à l’ouest de la ville. Ce jeu de roulette remplace le mini-jeu du labyrinthe de Blood Royal 2ème du nom, et peut potentiellement vous livrer la nonne, deux serveuses et la fille blessée que vous pouvez voir promener en ville. Bien entendu, vous n’aurez accès à des scènes « intéressantes » les concernant qu’au bout de plusieurs victoires à la roulette successives. Cet aspect « conversation douce » est possible à travers le choix initial de chaque journée : parler ou entraîner. Bien entendu, le choix de la conversation concerne également vos pauvres élèves, et il est tout à fait possible d’arriver au bout du temps limité du jeu sans avoir fait une seule séance d’entraînement. Cela pourra vous ouvrir des options différentes en jouant sur des choix multiples, mais le jeu devient alors réellement réservé à des gens pouvant comprendre le japonais, ce qui n’est pas mon cas. D’ailleurs, de façon plus large, je dirais que ce troisième volet est beaucoup moins accessible aux non-japonisants que Blood Royal 2, dans lequel j’avais avancé beaucoup plus facilement. Même si l’entraînement n’a jamais été facile pour les héroïnes de la série, il est ici beaucoup plus difficile à saisir pour leur entraîneur quand il ne parle pas la langue… Je terminerai enfin par l’aspect artistique du jeu, dont je n’ai pas parlé jusqu’à présent, mais qui peut-être très vite résumé : toujours aussi magnifique, bien que peut-être un peu moins fouillé (et fouillis parfois) que le Blood Royal 2. On est loin de l’aspect réaliste et dur d’un Pigeon Blood, mais on baigne au contraire dans des couleurs douces et des motifs et dessins qui n’agressent jamais l’oeil. En un mot, c’est bô.

DÉTAILS

  • Support : 2 CD
  • Os : Win XP
  • Censure : OUI (Pixellisation)
Pas d'articles plus anciens
Article suivantNOCTURNAL ILLUSION
Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas affiché. Tous les champs marqués d'une * sont obligatoires