HITOGATA RUINS

Jeux

HISTOIRE

Une légende raconte qu’il existerait dans le royaume un artefact perdu sous le nom de Maruku qui serait un objet donnant une puissant énorme à son propriétaire. De plus, la main de la princesse a été offerte à quiconque pourrait le retrouver. Vous êtes Kuno, un jeune chercheur d’artefacts, qui allez un jour tomber sur cette légendaire arme qui en fait ne parait être qu’une étrange jeune fille enformée dans un cristal…mais une fois libérée, des troubles apparaissent dans le royaume, et possédant l’arme ultime », il vous incombe d’aller mettre fin à tout cela. Au boulot! »

AVIS

Le système de jeu démarre sur une partie beat’em up progressif sur un plan : vous pouvez attaquer, enchaîner des coups, sauter, vous baisser et changer de technique d’arme. Les monstres laissent généralement tomber de l’argent ou des bonus de vie. Une fois le tutorial » passé, le jeu se déroule sur une carte où l’on sélectionne les différents endroits où aller (dont la ville où l’on peut discuter, acheter des armes, choisir des missions…). Vous aurez aussi la possibilité d’avoir un partenaire selon l’histoire qui possède ses propres capacités (mais en général ce sera Maruku qui est une magicienne) et d’avoir une capacité en duo (en gros vous prenez le contrôle du partenaire). Mi-figue mi-raisin, l’intro m’avait fait bien rire par la pauvreté vocale de la chanteuse, mais l’animation des CGs et le jeu des acteurs me semblaient correct. Par contre autant je trouvais la maniabilité de Dual Savior un peu lourde, autant dans Hitogata Ruins les contrôles sont trés (voire trop) sensibles, ainsi que la présence d’une inertie à la Sonic qui favorise le rentre dedans, ce qui bien sûr pour un beat’em up n’est pas trés recommandé au fur et à mesure du jeu. De plus, la partie action se transforme peu à peu en plate-forme, avec piège à éviter tout en gardant un oeil sur les monstres, il va falloir bien manier le personnage pour s’en sortir. Un autre défaut que j’ai remarqué est l’absence de degré de difficulté, et la quasi présence d’infinite, ce qui fait qu’on peut s’amuser à sortir des 99 hits (ce qui n’apporte rien de plus au jeu), et que l’on peut s’en sortir uniquement en tapant comme un dératé sur le bouton « fire » une fois que l’on joue avec la magicienne. Sinon au niveau des bonnes surprises, c’est la variété des missions, qui ne propose pas que des bourrinages, on a même des missions chronométrées ou des duels entre personnages principaux. La particularité de ce Hgame est qu’il faut être assez subtil dans les choix des réponses et des missions, car il ne suffit pas de tout bourriner pour arriver à débloquer des Hcgs, ce qui se fait au détriment du non-japonisant. Coté Hcgs, le style de e.go reste le même. On aime ou on aime pas, moi je n’aime pas trop mais cela reste correct dans l’ensemble. Coté Son, le jeu allie à la fois des scènes comiques et Hscene par l’utilisation des bruitage liés à la situation, ce qui est aussi un plus. »

LIENS

Site web de l’éditeur : http://www.studio-ego.co.jp Site web du jeu : http://www.studio-ego.co.jp/031/ego/game/ruins/top.html Fiche Getchu : http://www.getchu.com/soft.phtml?id=108281

DÉTAILS

  • Support : 1 DVD (860 MO)
  • Os : Windows98/Me/2000/XP
  • Censure : OUI (Pixellisation)
Pas d'articles plus anciens
Article suivantNOCTURNAL ILLUSION
Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas affiché. Tous les champs marqués d'une * sont obligatoires