HONYCOMB

Jeux

HISTOIRE

Une jeune fille se promène près d’une maison qui a l’air abandonnée au bord d’une falaise. Intriguée, elle y entre. Et se fait assommer, kidnapper et emprisonner par un gars bien décidé à lui faire part de ses idées en matière d’éducation sexuelle à la dure. Quoi, vous avez dit « prétexte » ?

AVIS

Honycomb vous propose donc de vous mettre dans la peau de ce ravisseur abusant de multiples façons de la jeune fille qu’il a en son pouvoir. Adeptes de la romance, si vous pensiez que ce jeu serait pour vous, vous vous êtes lourdement trompés. Une fois passée la première phase de jeu obligatoire, celle où vous allez réveiller la jeune fille endormie d’une façon qui annonce le ton pour la suite, le jeu n’est pas linéaire, seulement répétitif. En effet, chaque phase de jeu se déroulera de la même façon : aller chercher la fille dans sa cellule en haut de la maison, redescendre et choisir une des portes ouvrant sur un lieu d’ « entraînement » différent. Les lieux sont au nombre de 5, vont de la cuisine à la salle de bain en passant par un petit gymnase, et ont tous un costume associé pour habiller notre pauvre victime. Une fois le lieu choisi, commence alors le coeur du jeu… et c’est là que sa nature de jeu flash se fait cruellement sentir. A la base, l’idée de conception n’est pas mauvaise, mais le gameplay choisi (voir plus bas) fait mauvais ménage avec la structure en scènes à passer une par une, dans le sens où le temps nécessaire pour passer d’une scène à l’autre est long, voire même très long au début. Et chaque scène n’étant composée que de très peu d’animations, on se retrouve pendant ce laps de temps devant la même (courte) vidéo en 3d tournant en boucle, avec la fille qui sort la même phrase toutes les trois secondes. Combiné au peu d’efforts à accomplir pour réussir la scène, on se retrouve très rapidement à regretter que le ravisseur ne l’ait pas bâillonnée. En fait, pour résumer cet énorme défaut d’Honycomb et faire une analogie, le jeu est comme un gros livre composé de plusieurs chapitres assez longs, mais où l’on serait forcé de lire chaque page plusieurs fois de suite avant de passer à la page suivante. Pris dans leur ensemble, les chapitres ne sont pas mauvais, mais l’activité demandée au joueur (qui ne fait finalement que cliquer régulièrement, sans vraiment d’intérêt) et la répétitivité à l’intérieur de chaque scène plombent l’ensemble.

TRUCS

Comment jouer : Lorsque vous verrez, dans la fenêtre de jeu, le curseur de la souris se changer en viseur, vous pourrez sélectionner une partie du corps où vous agirez. Une fois fait, la grande jauge en dessous de la fenêtre se mettra à fluctuer. Vous devez alors cliquer sur l’écran de jeu au moment où la jauge est la plus petite, et de façon répétée (voire frénétique…). Vous verrez alors, sur la droite, monter une deuxième jauge bleue, en même temps qu’apparaissent les indications « 1P », puis « 2P », et enfin « 3P ». Lorsque le « 3P » se sera affiché, une des 3 orbes au-dessus de la jauge bleue se remplira. Une fois les 3 orbes remplies, il vous suffira de cliquer dessus pour que le pervers à l’écran se mette à agir temporairement sans vous, remplissant la jauge bleue beaucoup plus rapidement que sous vos clics répétés (une sorte de « mode automatique », quoi). Une fois la jauge bleue entièrement remplie, vous pourrez passer à l’animation suivante. A noter que s’il y avait initialement deux endroits du corps sur lesquels vous pouviez agir dans la scène, il vous faudra vous occuper des deux (chaque partie représentant 50 % de la jauge bleue) pour pouvoir passer à la suite. Clics répétés, phases d’inactivité après avoir cliqué sur les orbes, tout ça sur fond de courte animation en boucle… Voilà, vous savez ce qu’Honycomb a à vous offrir. Dernière chose : il est impossible de sauver. Alors si vous commencez l’entraînement, sachez qu’il vous faut le finir d’un coup si vous voulez voir la fin…

LIENS

Informations supplémentaires : http://www.digiket.com/work/show.php?ID=ITM0000170 Editeur : http://www.doublesoftcream.net/top.html« 

DÉTAILS

  • Support : 1 fichier 300 Mo
  • Os : 98 / 2000 / ME / XP
  • Censure : OUI
Pas d'articles plus anciens
Article suivantNOCTURNAL ILLUSION
Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas affiché. Tous les champs marqués d'une * sont obligatoires