MARBLE COOKING

Jeux

HISTOIRE

Une succession de niveaux dans lesquels une jeune fille, Marble (en l’occurrence vous), doit détruire des ennemis en traçant des lignes de carottes sur un plateau… Si je complète la description en précisant que c’est un lapin qui, en mangeant les carottes, va détruire par son contact les ennemis qui se transforment en victuailles à leur mort, vous aurez l’explication du nom du jeu. Recette tordue, je vous le concède…

AVIS

Comme expliqué dans la présentation ci-dessus, le but du jeu est de détruire les ennemis évoluant sur un plateau. Pour ce faire, notre petite Marble doit se placer le plus stratégiquement possible, puis appuyer sur « Enter » pour créer un mini pentacle d’invocation. A partir de ce moment-là, Marble, en se déplaçant, laisse derrière elle des carottes, pouvant ainsi former des lignes entières sur lesquels les ennemis peuvent marcher sans problème, mais pas notre héroïne. Première difficulté, donc : prendre en compte le fait qu’on ne peut pas revenir sur ses pas s’il y a des carottes sur le chemin, sauf si l’on déclenche la suite de la procédure décrite ci-dessous.. En effet, une fois un ou plusieurs ennemis marchant sur les carottes, il est temps d’appuyer une seconde fois sur « Enter ». Surgit alors du mini pentacle d’invocation un lapin qui va remonter la ligne de carottes, et détruire au passage les ennemis qu’il touche, ennemis qui se transformeront en friandises ou victuailles rapportant des points supplémentaires, bonifiés en cas de destructions multiples. Mais attention à la deuxième difficulté : si les ennemis touchent le pentacle d’invocation que vous avez posé, celui-ci sera immédiatement détruit, ainsi que votre ligne de carottes. Sans compter bien sûr la troisième difficulté majeure : vous mourez si vous vous faites toucher par un ennemi, vous obligeant à reprendre le niveau du début. Et si les premiers ennemis suivent un parcours immuable, d’autres, bien plus vicieux, bougeront en fonction de vos propres mouvements, ce qui complique singulièrement la tâche, mais pas au point de rendre les choses infaisables. Les règles posées, voyons maintenant l’habillage qui enrobe tout ça. Premier point, les graphismes généraux sont très simples, voire simplistes, et les « animations » des ennemis font peine à voir. Heureusement que l’intérêt du titre n’est pas visuel, ça ne volerait pas bien haut. Deuxième point, donc, bien plus important : le jeu offre un nombre de niveaux conséquent puisque ce ne sont pas moins de 63 plateaux qui s’offrent à nous (7 stages comportant chacun 9 plateaux), chaque stage présentant un thème particulier, ce qui implique donc des différences au niveau des décors, des ennemis et, plus intéressant encore, des scènes hentaï, au nombre de 6 par stage. Les scènes en question sont liées à une sorte de « story mode » dans lequel l’histoire n’a aucun intérêt mais permet de relier les 6 images du stage pour en faire une mini-scène dont la structure est invariablement la même : première image de présentation des filles du stage, puis, par intervalle, tous les 2 ou trois plateaux, une image montrant les filles en question dans des poses peu convenables. Le gros point fort de ces images est qu’elles suivent les thèmes des stages (bibliothèque moderne, fantasy, médiéval japonais, ninjas, catgirls dans leur forêt, laboratoire militaire…) et qu’elles sont assez variées, même s’il n’y a que des scènes de filles seules (masturbation, bondage, tentacules et monstres, insertions d’objets divers…) Le style graphique est plutôt bon, même si les images souffrent d’un fort tramage typique des jeux DOS de cette période. Ces images peuvent ensuite être revues dans les options, mais comme un diaporama continu dans lequel on ne peut qu’avancer. Pas très pratique, mais l’option est tout de même présente. Quant à l’aspect sonore, je serais bien en peine d’en parler, n’ayant pu le faire fonctionner.

LIENS

Test en anglais : http://www.densetsu.com/display.php?id=481&style=alphabetical « 

DÉTAILS

  • Support : 1 fichier (1,71 MO)
  • Os : DOS
  • Censure : OUI
Pas d'articles plus anciens
Article suivantNOCTURNAL ILLUSION
Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas affiché. Tous les champs marqués d'une * sont obligatoires