SUCCUBUS QUEST

Jeux

HISTOIRE

Vous vous appelez Lars et, accompagné de vos amis Elvin et Olivia, êtes des héros en quête de bastonnage de méchants. Un jour, alors que vous alliez en finir avec un énième dernier boss à coup d’Xcalibur, une étrange démone fait son apparition, vous met hors d’état de nuire en quelques secondes et kidnappe Olivia. Impossible en apparence de la vaincre, et pour cause : elle ne peut être vaincue que par le plaisir de la chair et vous, vous êtes un pauvre novice en la matière. Vous vous retrouvez alors abandonné et laissé à vous même dans son monde, et il va falloir vous armer de patience, de courage et de votre trique pour aller secourir la belle.

AVIS

Provenant du moteur de jeu RPG Maker, le système de jeu se base sur un mode RPG 2D » avec tous les classiques que l’on peut rencontrer, sauf que tout cela a été adapté et donne lieu à un mode de jeu original : le Sex Battle RPG! Exit les coups d’épées et les boules de feu, nous avons à la place des capacités comme les caresses, les baisers et les tire-fesses. Le héros qui combattra pour la plupart du temps seul doit user de ces dites capacités pour amener ses adversaires vers l’extase et ainsi les faire abandonner le combat, mais il risque aussi la même chose. Il dispose donc d’Endurence Points, l’équivalent des HP, et de Tension points, qui lui permettent de lancer ses « attaques ». Egalement pendant une rencontre, existe un baromètre Mood sous forme de coeur, qui évalue l' »ambiance » du combat. Plus le baromètre se remplit (grâce aux ébats portés), plus l’adversaire à de chance de « baisser sa garde », laissant au héros la possibilité d’utiliser des techniques évoluées et puissantes, comme le déshabillage et le « pistonnage ». A coté de cela, il existe d’autres capacités utilisées par le héros ou les monstres féminins qui vont augmenter ou baisser tous les caractéristiques (capacités, EP, TP…), ainsi que l’arrivée au milieu de la partie d’un(e) familier(e) qui va vous épauler dans votre but de conquête sexuelle, utilisant des pouvoirs avec ses propres Magic Points. Le reste suit la ligne classique du jeu d’aventure, avec ses villages, quêtes, vendeurs et auberges ses donjons, rencontres aléatoires et ses boss ses coups de théatre et tout ce qui s’en suit. Alors là, je dois dire que la qualité de jeu, les graphismes et le son font de ce doujin game un des leader des Hgame RPG old school de cette année. Même si les graphismes et le moteur de jeu ont été préfabriqués à l’origine, il n’empêche que l’auteur a cumulé tellement d’idées originales qu’il en ressort quelque chose de trés prenant même si on ne capte pas un mot de l’histoire. Faire des galipettes avec ses adversaires avait toujours été un rêve (malgré le fait qu’il existait des jeux similaires comme Rance ou Daikakuji), mais Succubus Quest permet de le faire pendant le combat, ce qui est encore mieux. Le système de jeu est extrêmement bien pensé, avec un nombre énorme de petits détails qui rehaussent un mode de combat sensé être « arriéré » : par exemple, on ne peut pas utiliser une même capacité plusieurs fois de suite, sous peine de voir les dommages infligés se réduirent (et oui, on se lasse vite d’une même caresse), ou alors comme dans Megami Tensei, on peut tenter de parler avec l’ennemie pour l’amadouer en lui contant fleurette ou en lui donnant des cadeaux. Le fait même de devoir de maximiser le Mood pour pouvoir cataloguer son adversaire (et ainsi avoir accés à son « Hcg ») oblige à réfléchir sur la façon d’arriver à ses fins et transforme la rencontre en déluge de préliminaires ou « comment faire durer le plaisir plus longtemps ». En dehors des combats, on a droit à de véritables challenges dans les donjons, comme des labyrinthes, des énigmes ou encore des courses poursuites chronométrées, accessibles pour la plupart pour les non initiés et ravivant de bons vieux souvenirs pour les routards du rpg. Les musiques sont entraînantes et collent parfaitement à l’ambiance, elles sont nombreuses et variées. Notre héros se balade un peu partout, des déserts avec sables mouvants aux montagnes couvertes de neige et ses donjons glacés. Des coffres bonus et autres surprises parsèment son chemin pour peu qu’il prenne le temps de tout découvrir. Il m’a fallu plus d’une vingtaine d’heures de jeu pour arriver vers la fin du jeu, et je viens d’apprendre qu’il existe un donjon challenge type « Seraphic Gate » avec des boss de plus de 40000 EP pour compléter sa collection. Bref, côté durée de vie, il y a de quoi faire. Le seul regret que je puisse faire est l’absence (pour l’instant) d’une véritable galerie de Hcg, car de « H », on ne voit que les monstresses déshabillées, et quelques positions supplémentaires pour les boss. Le challenge risque d’être aussi un peu élevé pour celui qui ne prend pas la peine de tester toutes les possibilités offertes à lui en japonais (il y a certaines quêtes difficiles à résoudre tout de même), mais pas impossible (avec les conseils avisés de ceux qui l’ont déjà terminé!). »

TRUCS

– Comme pour tout bon rpg, il faut parler à tout le monde, voire même revenir à d’anciens villages pour voir si un dialogue n’a pas changé, cela peut débloquer une situation ardue ou permettre d’accéder à des bonus. – Un tout petit level peut faire l

LIENS

Site web de l’éditeur : http://blog.livedoor.jp/sqdt/?blog_id=1693397 Site web du jeu : http://www.succubusquest.com/

DÉTAILS

  • Support : 1 CD (124 MO env.)
  • Os : Windows98/ME/2000/XP
  • Censure : OUI (Pixellisation)
Pas d'articles plus anciens
Article suivantNOCTURNAL ILLUSION
Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas affiché. Tous les champs marqués d'une * sont obligatoires