VIPER M1

Jeux

HISTOIRE

Trois histoires dans ce volet, qui gagne une palme dans la catégorie « Scénarios délirants ». « Green Boy » : dans une fleuristerie tenue par trois soeurs, l’une d’elles, la plus jeune, reçoit la visite d’un étrange client qui lui fait don d’une graine. Prendra-t-elle le risque de la planter sans en dire un mot à ses deux soeurs ? « Mayworks » : la jeune Miku se promène dans les rues désertes près de chez elle lorsqu’elle voit apparaître devant elle, coup sur coup, un grand robot et une sorte de boule gélatineuse jaune. Ceux-ci ne tardent pas à se chamailler, et Miku apprend avec horreur et stupéfaction qu’il s’agit là des représentants de deux familles extraterrestres en conflit, les Kabuto et les Slime, qui ont trouvé comme voie de règlement un challenge intéressant : posséder sexuellement la première humaine qu’ils verraient sur Terre… Cours, Miku, cours ! « My Mothers » : dans une petite ville tranquille, une femme maniaque et dominatrice SM entreprend de collectionner tous les beaux mecs de la cité. Mais lorsqu’elle s’en prend à l’amour de la jeune Mika, celle-ci voit rouge. Et le costume de super-héroïne que vient de créer son grand-père va servir immédiatement.

AVIS

Pour ces histoires, donc, les scénaristes se sont lâchés. Elles sont délirantes (surtout « Green Boy » et « Mayworks ») tout en permettant des scènes hentaï aussi originales. De ce point de vue-là, c’est plutôt sympa. En ce qui concerne la technique, les voix sont toujours présentes et bien fichues (les extraterrestres chamailleurs, surtout le Slime, ne sont pas en reste), les animations prennent quasiment tout l’écran, et sont pour le coup de très grandes qualités, surtout dans « My Mothers » où certaines scènes pourraient figurer dans une série animée traditionnelle à la télé. De ce point de vue-là, c’est très sympa. Maintenant, le côté « jeu » en lui-même… Là, le bilan s’assombrit un peu. Du côté de « Green Boy », on a une aventure à choix multiples classique dans sa conception, avec comme toujours un danger de game over bien présent et des embranchements en nombre honnête. Par contre, « Mayworks », malgré son potentiel de sympathie initial, se dégonfle assez vite, puisqu’il s’agit de faire courir Miku dans les dédales d’une ville déserte vue de dessus, en priant pour ne pas voir apparaître un des extraterrestres devant soi (ce qui signifie le game over immédiat) et à se réfugier à un des endroits importants de cette même ville. En gros, on ne fait que décider de la fin que l’on verra après une courte séquence. Plutôt léger, donc. Enfin, « My mothers », le plus abouti au niveau graphismes et animations, souffre de la linéarité qui est la malédiction propre à certains Viper. Un seul choix vraiment crucial, et là aussi des phases de jeu vues de dessus, avec Mika qu’on dirige en 2D, et des phases de combat animées comme dans Viper V16 Rise. Le GROS problème est qu’aucune de ces phases n’est vraiment intéressante : diriger Mika sur la carte n’a aucun intérêt tant les zones sont petites, simples et désertes, et les phases de combat sont réglées comme du papier à (mauvaise) musique :seulement deux coups possibles (pied ou poing, et encore il faut être sacrément perspicace pour voir une différence à l’écran) qui font 10 points de dégâts à l’ennemi, ennemi qui de son coup unique vous fait perdre 15. Une fois arrivée à pas grand-chose, Mika se voit dotée tout à coup d’un super coup qui peut achever le méchant, et au combat suivant elle est de nouveau en pleine forme. Aucune difficulté et pas de variété pour des combats dont on se lasse vite malgré la fluidité des animations, même si perdre peut être stratégique pour l’histoire…

LIENS

Informations supplémentaires : http://shop.himeya.com/products/adult_win_jp_ps/viper_m1/viper_m1.html

DÉTAILS

  • Support : 1 CD 571 Mo
  • Os : 98 / 2000 / ME / XP
  • Censure : OUI
Pas d'articles plus anciens
Article suivantNOCTURNAL ILLUSION
Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas affiché. Tous les champs marqués d'une * sont obligatoires